Table de Concertation en Violence Conjugale et Agressions à Caractère Sexuel de Laval

  • Increase font size
  • Default font size
  • Decrease font size

NOUVEAU SUR LE SITE

PRISES DE POSITION

22 Août 2014 Communiqué (21 août 2014) : Utiliser les réseaux sociaux pour rejoindre les victimes et auteurs de violences Lire la suite...
06 Décembre 2013 Communiqué 6 décembre 2013 : nier les inégalités met les femmes en danger Lire la suite...
31 Janvier 2013 "Vibre à ton rythme" : un carnet d'éducation à des relations amoureuses et sexuelles saines Lire la suite...
20 Décembre 2012 Travail à la chaîne : une journée de conférences interactives (7 février 2013) Lire la suite...
17 Décembre 2012 Communiqué de presse 17 décembre 2012 : La période des fêtes, une période de réjouissances? Pas pour les victimes de violences conjugale et sexuelle Lire la suite...

Est-ce que vous avez des comportements violents auprès de votre conjointe?

Index de l'article
Est-ce que vous avez des comportements violents auprès de votre conjointe?
Les comportements de contrôle ou de violence
Pourquoi suis-je comme ça?
Oui, mais...
J'ai besoin d'aide
Comment ça se passe si je consulte?
Suis-je seul à vivre ça?
Ressources d'aide
Annexe : les 5 formes de violence
Toutes les pages

Entreprendre une démarche : l’accueil et l’évaluation

Homme : « Ouain, c’est pour un rendez-vous »

Intervenant : « D’accord. On vous a référé chez nous? »

Homme : « Ben, c’est ma femme, là, elle m’a donné votre pamphlet. »

Intervenant : « Elle l’a eu au CLSC? »

Homme : « Non, à la maison des femmes, là. On lui a dit que chu ben violent pis qu’y faut que je me fasse soigner, ça a l’air… »

Intervenant : « Qu’est-ce que vous en pensez, vous? »

Homme : « Ben, ch’pogne les nerfs pis je chiale, mais c’est pas physique. En tous cas, m’a t’expliquer ça quand j’vas te voir. »

Intervenant : « J’vous écoute, vous m’avez l’air tendu en ce moment »

Homme : « Ouain, ça va mal, là, j’ai perdu ma job, pis là… y a ça qui arrive en plus (silence, sanglots). »

Intervenant : « C’est difficile, je comprends, on en parlera, OK? »

L’événement de violence plus ou moins récent à l’origine de votre demande de services a eu des séquelles et cette crise vous laisse démuni ou, à tout le moins, vous place en déséquilibre. Vos difficultés émotionnelles, longtemps niées, évacuées par la violence, absorbées par votre conjointe, vous reviennent de plein fouet et vous ne savez qu’en faire. Vous lui en voulez. Elle vous laisse tomber et vous devez maintenant aller vous faire moraliser par un inconnu.

Une première rencontre de consultation auprès d’un organisme qui intervient auprès des conjoints à comportements violents peut être une grande source d’anxiété. Vous vous y présenterez peut-être à reculons, parce que vous avez peur du jugement, avez honte, êtes en colère, vous vous sentez coupable, vous niez ou sous-estimez le problème. Ce sont des états et attitudes que l’on retrouve fréquemment à cette étape. 

Sachez que vous serez accueillis ― dans ce que vous êtes et vivez ― par une écoute bienveillante et exempte de jugement. Toutefois, l’attitude neutre (sans parti pris pour l’un ou l’autre des conjoints) s’accompagne d’un positionnement clair quant à la philosophie de l’intervention : nous travaillons avec vous, mais nous sommes contre la violence.

Nous en arrivons ainsi à l’enjeu du travail thérapeutique : le changement. Pour changer vraiment, il importe de faire face à ses difficultés intérieures et pour cela, il faut renoncer à ses comportements et à la légitimité qu’on leur accorde. Ce processus implique donc autant la guérison intérieure que la responsabilisation.

Les étapes du changement sont les suivantes :

  •    Reconnaître votre problème
  •    Dévoiler vos attitudes et comportements
  •    Reconaître l'intention de vos gestes
  •    Conscientiser l'impact des agirs sur vos proches
  •    Vous approprier votre monde affectif
  •    Assumer les conséquences et pertes découlant de votre violence, rechercher la réparation
  •    Comprendre les sources de votre violence et vous en libérer

 

Vous comprendrez que ce processus requiert du temps et de l’engagement. On ne plonge pas dans la souffrance sans préparation et sans avoir à remonter à la surface régulièrement. Le rythme de chacun est à respecter.

Alors, pouvez-vous changer? Même si vous pensez que non, nous croyons pour notre part que si vous vous engagez sérieusement dans un processus de responsabilisation de votre dynamique de violence, vous pouvez y arriver, pour votre mieux-être et celui de vos proches.