Table de Concertation en Violence Conjugale et Agressions à Caractère Sexuel de Laval

  • Increase font size
  • Default font size
  • Decrease font size

NOUVEAU SUR LE SITE

PRISES DE POSITION

22 Août 2014 Communiqué (21 août 2014) : Utiliser les réseaux sociaux pour rejoindre les victimes et auteurs de violences Lire la suite...
06 Décembre 2013 Communiqué 6 décembre 2013 : nier les inégalités met les femmes en danger Lire la suite...
31 Janvier 2013 "Vibre à ton rythme" : un carnet d'éducation à des relations amoureuses et sexuelles saines Lire la suite...
20 Décembre 2012 Travail à la chaîne : une journée de conférences interactives (7 février 2013) Lire la suite...
17 Décembre 2012 Communiqué de presse 17 décembre 2012 : La période des fêtes, une période de réjouissances? Pas pour les victimes de violences conjugale et sexuelle Lire la suite...

Est-ce que vous avez des comportements violents auprès de votre conjointe?

Index de l'article
Est-ce que vous avez des comportements violents auprès de votre conjointe?
Les comportements de contrôle ou de violence
Pourquoi suis-je comme ça?
Oui, mais...
J'ai besoin d'aide
Comment ça se passe si je consulte?
Suis-je seul à vivre ça?
Ressources d'aide
Annexe : les 5 formes de violence
Toutes les pages

La demande d’aide pour un homme ayant des comportements violents en contexte conjugal et familial

Voici la réalité : dans près de 90 % des cas, la demande d’aide des hommes pour leurs agirs violents en contexte conjugal passe par une forme de contrainte. Que ce soit par le biais de la demande insistante de la conjointe ou par l’ordonnance formelle du système judiciaire, l’incitatif premier est d’éviter la conséquence négative (désapprobation de l’entourage, séparation, conséquences judiciaires). Bref, c’est une motivation extérieure qui conduit l’homme à s’asseoir dans le siège du client. « Quelqu’un veut que vous changiez ». Ceci étant dit, rien n’est perdu. Tout homme qui s’approprie sa démarche et s’y engage sérieusement peut s’améliorer.

Deux dimensions (qui sont interreliées) expliquent la difficulté de la demande d’aide : les caractéristiques de la masculinité et la lecture que l’on fait du problème.

La première implique la socialisation des hommes. Bien que celle-ci tende à s’éloigner des stéréotypes traditionnels dans la société d’aujourd’hui, la valorisation de l’identité masculine est toujours fortement conditionnée par des attributs de force et d’invulnérabilité émotionnelle. Pour certains hommes, la croyance qu’il est légitime d’utiliser la violence pour parvenir à ses fins est bien ancrée. Et encore et toujours, la socialisation et les rôles masculins ne favorisent pas l’expression des sentiments et le contact avec la vie personnelle intérieure, mais impliquent plutôt la compétence, le succès, la réalisation de soi, la confiance en soi, l’agressivité, l’audace et la témérité. Être un homme, un vrai, c’est réussir et demander de l’aide est contraire aux codes en vigueur, c’est admettre son impuissance, son échec. Reconnaître qu’on se sent triste ou déprimé parce qu’on a un problème, c’est honteux, c’est être faible : il ne saurait en être question! Ceci aide à expliquer, du moins en partie, pourquoi l’homme cherche à garder le contrôle jusqu’à la crise.

La seconde concerne la perception du problème. Si la cause des comportements est attribuée à des facteurs externes et que l’homme s’estime victime des circonstances, il ne se considère sans doute pas violent et par conséquent, ne demande pas d’aide. De plus, au-delà des gestes à proprement parler, il y a la question de l’intention qu’ils recèlent, de l’objectif visé, à savoir la prise de contrôle sur l’autre. Lorsqu’on parle de violence, on veut dire tout geste, parole ou attitude visant à assujettir l’autre à nos besoins ou désirs. Ce sont des comportements qui contraignent, qui permettent d’imposer notre volonté. Cette violence a donc pour fonction le contrôle et s’exprime à travers 5 formes : économique, sexuelle, verbale, physique, psychologique/sociale.

Pour plus d’informations sur les 5 formes de violences, cliquez ici.