Table de Concertation en Violence Conjugale et Agressions à Caractère Sexuel de Laval

  • Increase font size
  • Default font size
  • Decrease font size

NOUVEAU SUR LE SITE

PRISES DE POSITION

22 Août 2014 Communiqué (21 août 2014) : Utiliser les réseaux sociaux pour rejoindre les victimes et auteurs de violences Lire la suite...
06 Décembre 2013 Communiqué 6 décembre 2013 : nier les inégalités met les femmes en danger Lire la suite...
31 Janvier 2013 "Vibre à ton rythme" : un carnet d'éducation à des relations amoureuses et sexuelles saines Lire la suite...
20 Décembre 2012 Travail à la chaîne : une journée de conférences interactives (7 février 2013) Lire la suite...
17 Décembre 2012 Communiqué de presse 17 décembre 2012 : La période des fêtes, une période de réjouissances? Pas pour les victimes de violences conjugale et sexuelle Lire la suite...

Est-ce que vous avez des comportements violents auprès de votre conjointe?

Index de l'article
Est-ce que vous avez des comportements violents auprès de votre conjointe?
Les comportements de contrôle ou de violence
Pourquoi suis-je comme ça?
Oui, mais...
J'ai besoin d'aide
Comment ça se passe si je consulte?
Suis-je seul à vivre ça?
Ressources d'aide
Annexe : les 5 formes de violence
Toutes les pages

De la justification à la responsabilisation

La justification est probablement l’aspect le plus important de la problématique du conjoint violent, et aussi celui qui est le plus difficile à « défaire ».

« Elle m’a cherché. »

« La main m’est partie toute seule. »

 « Je suis dépendant affectif. »

« J’ai subi de la violence quand j’étais jeune. »

« Elle est violente, elle aussi. »

« Elle a un trouble de la personnalité limite. »

« Je ne suis pas capable de m’exprimer. »

« Je suis né comme ça. »

« Je l’aime trop! »

« Je ne peux pas vivre sans elle. »

« J’avais bu… »

Etc.


Se justifier temporairement parce qu’on est mal à l’aise est monnaie courante. Par contre, se désengager de ses actes, c’est l’équivalent de dire : « si c’était à refaire, je recommencerais », ou encore, « si ça continue, je vais me permettre de recommencer ».

Entre nous, si votre main est « partie toute seule », c’est tout de même vous qui la commandiez, non? Si vous avez souffert dans votre vie, vous n’avez pas à faire souffrir les autres pour autant. Et vous conviendrez qu’il y a 5 % d’alcool dans une bière et non 5 % de violence.

Même si vous demeurez persuadés que vous ne pouvez ou n’avez pu faire autrement, cela ne veut pas dire qu’il n’y a rien à faire. Il est peut-être temps d’aborder le problème différemment. Vous avez le choix entre vous déresponsabiliser, ou alors vous responsabiliser et demander de l’aide.