Table de Concertation en Violence Conjugale et Agressions à Caractère Sexuel de Laval

  • Increase font size
  • Default font size
  • Decrease font size

NOUVEAU SUR LE SITE

PRISES DE POSITION

22 Août 2014 Communiqué (21 août 2014) : Utiliser les réseaux sociaux pour rejoindre les victimes et auteurs de violences Lire la suite...
06 Décembre 2013 Communiqué 6 décembre 2013 : nier les inégalités met les femmes en danger Lire la suite...
31 Janvier 2013 "Vibre à ton rythme" : un carnet d'éducation à des relations amoureuses et sexuelles saines Lire la suite...
20 Décembre 2012 Travail à la chaîne : une journée de conférences interactives (7 février 2013) Lire la suite...
17 Décembre 2012 Communiqué de presse 17 décembre 2012 : La période des fêtes, une période de réjouissances? Pas pour les victimes de violences conjugale et sexuelle Lire la suite...

Est-ce que vous avez posé des gestes sexuels inappropriés?

Index de l'article
Est-ce que vous avez posé des gestes sexuels inappropriés?
Définitions
La notion de consentement libre et éclairé
Statistiques
Saviez-vous que…?
Comportements aidants et comportements nuisibles
Je veux trouver de l’aide
Toutes les pages

Mise en contexte

« Oui, mais je ne l’ai pas forcéE… Dans le fond, je ne l’ai pas violéE… J’ai seulement eu une faiblesse… Ce n’est pas si grave…Elle m’a provoqué…». Vous vous reconnaissez dans ces phrases? Peut-être les avez-vous déjà dites ou pensées? Mais au fond de vous-même, vous savez que vous avez posé des gestes sexuels inadéquats envers une ou des personnes. Il est possible que vous ressentiez actuellement des émotions intenses, telles que la culpabilité, la honte et la gêne. Il est probable aussi que vous ayez de la difficulté à assumer les gestes que vous avez posés et que vous ne sachiez pas quoi faire. Parler et aller chercher de l’aide pourrait être une façon pour vous d’estomper vos émotions. Des gens pourraient vous aider à mieux comprendre ce qui s’est passé pour ainsi mettre en place des stratégies qui feraient en sorte que vous ne reposiez plus ces gestes.

Dans cette section, vous pourrez trouver des informations qui vous permettront d’évaluer si vous avez posé un geste d’agression sexuelle et, si tel est le cas, de mieux comprendre ce qui s’est passé. Vous pourrez aussi trouver les coordonnées de ressources spécialisées vers lesquelles vous pouvez vous tourner pour vous aider à vous sortir de cette situation difficile.


Définitions

Définition Poser un geste ayant une connotation sexuelle sans avoir le consentement de l’autre personne est illégal au Québec. Que cette personne soit une connaissance (conjointE, amiE, membre de la famille, etc.) ou une étrangère, il est considéré qu’une agression sexuelle est un geste ayant une connotation sexuelle et qui a été posé sans avoir le consentement de la personne.

Voici une liste non exhaustive des gestes qui sont considérés comme une agression sexuelle, s’ils ont été posés sans le consentement de l’autre personne :

  • Baisers à caractère sexuel ;
  • Attouchements : seins, cuisses, fesses, pénis, vulve, anus ;
  • Masturbation de la personne par l’agresseur et vice-versa ;
  • Contact oral-génital :
    • fellation : intromission du pénis de l’agresseur dans la bouche de la victime ou du pénis de la victime dans la bouche de l’agresseur.
    • cunnilingus : contact, avec la bouche, des organes génitaux de la fille ou de la femme ;
  • Pénétration : pénétration vaginale par le pénis, sodomie, pénétration de l’anus ou du vagin avec les doigts ou avec des objets ;
  • Harcèlement sexuel : toutes formes d’attentions ou d’avances non désirées à connotation sexuelle qui provoquent l’inconfort, la crainte et menacent le bien-être d’une personne. Cette forme d’agression sexuelle peut comprendre les regards insistants, les paroles, les gestes, les attouchements, les menaces, les propositions, les blagues et l’affichage de matériel pornographique ;
  • Exhibitionnisme : terme qui décrit le comportement d’une personne qui montre ses parties génitales en public ;
  • Frotteurisme : terme qui décrit le comportement d’un individu qui recherche le contact physique avec des personnes non consentantes, dans des endroits publics. Par exemple, c’est tenter de frotter ses organes sexuels sur des inconnus dans le métro;
  • Voyeurisme : terme qui décrit une tendance ou un comportement «voyeuriste», c’est-à-dire basé sur l’attirance à observer l’intimité ou la nudité d’une personne ou d’un groupe de personnes;
  • Visionnement, téléchargement, distribution ou production de matériel pornographique juvénile : « toute représentation, par quelque moyen que ce soit, d’un enfant s’adonnant à des activités sexuelles explicites, réelles ou simulées, ou toute représentation des organes sexuels d’un enfant, à des fins principalement sexuelles »1

Légende & sources

1) Élément de la définition ne se trouvant pas dans la définition du MSSS, mais étant défini par l'Organisation des Nations Unies


La notion de consentement libre et éclairé

La notion du « consentement libre et éclairé » est centrale pour déterminer si un geste d’agression sexuelle a été commis. « Ne pas dire non » n’est pas considéré comme un consentement. Il vous appartient de vous assurer du consentement de la personne avant de poser des gestes à connotation sexuelle. De plus, il ne suffit pas que la personne vous ait donné son accord : les trois éléments de l’expression « consentement » « libre » et « éclairé » doivent être présents et pris en considération pour qu’il y ait réellement eu un consentement. Dans le cas contraire, il s’agit d’une agression sexuelle. Voici un tableau qui pourra vous aider à comprendre les éléments auxquels font appel le consentement libre et éclairé :

Le CONSENTEMENT LIBRE et ÉCLAIRÉ c’est :
CONSENTEMENT LIBRE ÉCLAIRÉ
ÊTRE CONSENTANT, C’EST …
  • Être d'accord
  • Mutuel, partagé, réciproque
  • Échanger
  • Clarifier les attentes, les désirs et les intentions
  • Nommer, dire
  • Confirmer
  • Avoir l’âge légal pour consentir
LA LIBERTÉ, CE N’EST PAS…
  • Domination
  • Menaces
  • Intimidation
  • Contraintes
  • Humiliation
  • Agression
  • Manipulation
  • Contrôle
  • Abus de confiance
  • Pouvoir, autorité
  • Chantage
  • Force
  • Récompense
VOIR CLAIR, C’EST …
  • Le message doit être clair pour toutes les personnes concernées (pas d’interprétation, vocabulaire, langage)
  • Avoir la maturité (avoir les capacités intellectuelles pour comprendre et accepter la demande)
  • Ne pas être intoxiqué (alcool, drogue, médicament)

Statistiques

  • Les taux de récidive sexuelle suite à une première arrestation sont de : 1
    • 4,1% après 1 an
    • 6,0 % après 2 ans
    • 7,7 % après 3 ans
    • 8,0 % après 4 ans
  • Selon une étude de Hanson (2002), il y aurait une réduction du risque de récidive (deux fois moins) pour les personnes ayant complété une thérapie en comparaison d'avec celles qui ne l’ont pas fait. 2

Légende & sources

  • 1) Hanson, R.K., Gordon, A., Harris, A.J.R., Marques, J. K., Murphy, W., Quinsey, V.L. et Seto, M.C. « First report of the Collaborative Outcome Data Project on the Effectiveness of Psychological Treatment for Sexual Offenders », Sexual Abuse : A Journal of Research and Treatment, vol. 14, no 2, 2002, pp. 169-194.
  • 2) Ibid.

Saviez-vous que…?

Un seul geste d’agression sexuelle est un geste de trop.

Il est faux de croire que l’ampleur d’un geste soit minime parce que celui-ci n' qu'une seule fois. Si vous ne vous prenez pas en main, ce même comportement pourrait se reproduire et même s’aggraver. Vous dire que vous ne le feriez plus est un pas dans la bonne direction, mais ce n’est pas suffisant. Avant d’avoir posé votre premier geste d’agression sexuelle, auriez-vous cru que vous poseriez un tel geste?

Vous justifier, minimiser la situation ou nier les événements ne vous aidera en rien.

Tenter de trouver des excuses et de vous justifier par des facteurs externes (alcool, drogue, stress, etc.) est ce qu’on appelle avoir des « mécanismes de défenses ». Ces mécanismes de défense sont là pour vous aider à gérer les émotions désagréables que vous cause cette situation. En contrepartie, ces mécanismes vous maintiennent dans l’erreur, car ils n’effaceront jamais les gestes que vous avez posés et ne vous retireront pas la responsabilité d’avoir posé ces gestes; vous êtes la seule personne responsable d’avoir outrepassé les limites. Afin de cheminer, il faudra affronter la situation; ce ne sera pas facile, mais c’est une étape importante dans l’acquisition d’un sentiment de bien-être et d’un changement significatif.

Reconnaître et prendre la responsabilité de vos gestes sont des signes de courage.

La première étape afin de remédier à la situation est de reconnaître vos gestes : vous avez commis une agression sexuelle. Il n’est pas facile de se responsabiliser face à un geste répréhensible, mais pour améliorer votre situation (comprendre ce qui vous a amené à poser ce geste, diminuer l’intensité de vos émotions nuisibles, développer des stratégies pour éviter la récidive), il le faut.

Une personne qui complète un traitement spécialisé en délinquance sexuelle présentera un risque de récidive plus faible qu’une personne qui refuse de suivre une thérapie.

Plusieurs études ont démontré que le risque de récidive diminue lorsque qu’une personne ayant commis une agression sexuelle a complété un traitement (deux fois moins de risque de récidive) 2. Vous engager dans une thérapie diminuerait donc grandement le risque que vous posiez un geste d’agression sexuelle dans le futur.

Il est préférable d’attendre que la personne que vous avez agressée fasse les premiers pas avant de vous excuser.

Malgré le fait que vous pouvez ressentir un besoin de vous excuser auprès de la personne que vous avez agressée, il est fortement recommandé de ne pas la contacter. C’est elle qui décidera si elle désire ou non recevoir vos excuses. Contacter la personne que vous avez agressée ne pourrait qu’aggraver la situation.

Légende & sources

  • 2) Hanson et coll, 2002.

Comportements aidants et comportements nuisibles


Voici une liste non exhaustive de comportements et d’attitudes qui pourraient vous aider ou vous nuire dans votre cheminement thérapeutique.

Comportements/attitudes aidants :
  • Reconnaître les gestes et faits et en prendre l’entière responsabilité;
  • Trouver de l’aide professionnelle auprès d’une ressource spécialisée (entamer un processus thérapeutique);
  • Être transparent et honnête : ce sont deux composantes essentielles au changement.
Comportements/attitudes nuisibles :
  • Nier les gestes posés
  • Justifier vos comportements d’agression sexuelle (mécanismes de défense)
    • « Pas aussi grave que ça. »;
    • « Elle (victime) n’a pas dit non, c’est correct. »
    • « Je ne l’ai pas pénétréE, c’est moins pire. »
  • Blâmer la victime
    • « Elle a initié. »
    • « Elle voulait. »
    • « Elle aurait dû dire non. »
  • Projeter une part du blâme sur des facteurs externes
    • « Pas de ma faute, j’avais bu. »
    • « Je prenais des médicaments. »
    • « Ma conjointe était sexuellement froide et pas affectueuse. »

Je veux trouver de l’aide

Il existe plusieurs endroits où vous pouvez trouver de l’aide pour vous sortir de cette situation difficile. À l’intérieur de ces centres, il y a des professionnels spécialisés en délinquance sexuelle qui sauront vous écouter, vous guider et vous aider à y voir plus clair. D'autres ressources sont disponibles, à Laval et ailleurs au Québec. Bonne chance dans vos démarches!

CIDS (Centre d’intervention à la délinquance sexuelle)
Laval
Tél. : 450-967-3941
Tél. : 450-967-7023
Telec : 450-967-7845
Courriel : Cette adresse email est protégée contre les robots des spammeurs, vous devez activer Javascript pour la voir.

Groupe Amorce
Montréal
Tél. : 514-355-8064
Tél. : 514-355-9511
Courriel : Cette adresse email est protégée contre les robots des spammeurs, vous devez activer Javascript pour la voir.

Parents-Unis
Repentigny
Tél. : (450) 755-6755
Tél. : 1 800 229-1152 poste 2923
Telec. : (450) 755-1773
Courriel : Cette adresse email est protégée contre les robots des spammeurs, vous devez activer Javascript pour la voir.

CETAS (Centre d’entraide et de traitement des agressions sexuelles)
St-Jérôme
Tél. : 450-431-6400

Centre d’intervention en violence et agression sexuelle de la Montérégie
Saint-Hubert
Tél. : 450 656-6524
Courriel : Cette adresse email est protégée contre les robots des spammeurs, vous devez activer Javascript pour la voir.

L’Association des sexologues du Québec
Tél. : 514.270.9289

L’Ordre des psychologues du Québec
1.800.363.2644

L’Ordre professionnel des travailleurs sociaux du Québec
1.888.731.9420