Table de Concertation en Violence Conjugale et Agressions à Caractère Sexuel de Laval

  • Increase font size
  • Default font size
  • Decrease font size

NOUVEAU SUR LE SITE

PRISES DE POSITION

22 Août 2014 Communiqué (21 août 2014) : Utiliser les réseaux sociaux pour rejoindre les victimes et auteurs de violences Lire la suite...
06 Décembre 2013 Communiqué 6 décembre 2013 : nier les inégalités met les femmes en danger Lire la suite...
31 Janvier 2013 "Vibre à ton rythme" : un carnet d'éducation à des relations amoureuses et sexuelles saines Lire la suite...
20 Décembre 2012 Travail à la chaîne : une journée de conférences interactives (7 février 2013) Lire la suite...
17 Décembre 2012 Communiqué de presse 17 décembre 2012 : La période des fêtes, une période de réjouissances? Pas pour les victimes de violences conjugale et sexuelle Lire la suite...

Est-ce que vous avez posé des gestes sexuels inappropriés?

Index de l'article
Est-ce que vous avez posé des gestes sexuels inappropriés?
Définitions
La notion de consentement libre et éclairé
Statistiques
Saviez-vous que…?
Comportements aidants et comportements nuisibles
Je veux trouver de l’aide
Toutes les pages

Saviez-vous que…?

Un seul geste d’agression sexuelle est un geste de trop.

Il est faux de croire que l’ampleur d’un geste soit minime parce que celui-ci n' qu'une seule fois. Si vous ne vous prenez pas en main, ce même comportement pourrait se reproduire et même s’aggraver. Vous dire que vous ne le feriez plus est un pas dans la bonne direction, mais ce n’est pas suffisant. Avant d’avoir posé votre premier geste d’agression sexuelle, auriez-vous cru que vous poseriez un tel geste?

Vous justifier, minimiser la situation ou nier les événements ne vous aidera en rien.

Tenter de trouver des excuses et de vous justifier par des facteurs externes (alcool, drogue, stress, etc.) est ce qu’on appelle avoir des « mécanismes de défenses ». Ces mécanismes de défense sont là pour vous aider à gérer les émotions désagréables que vous cause cette situation. En contrepartie, ces mécanismes vous maintiennent dans l’erreur, car ils n’effaceront jamais les gestes que vous avez posés et ne vous retireront pas la responsabilité d’avoir posé ces gestes; vous êtes la seule personne responsable d’avoir outrepassé les limites. Afin de cheminer, il faudra affronter la situation; ce ne sera pas facile, mais c’est une étape importante dans l’acquisition d’un sentiment de bien-être et d’un changement significatif.

Reconnaître et prendre la responsabilité de vos gestes sont des signes de courage.

La première étape afin de remédier à la situation est de reconnaître vos gestes : vous avez commis une agression sexuelle. Il n’est pas facile de se responsabiliser face à un geste répréhensible, mais pour améliorer votre situation (comprendre ce qui vous a amené à poser ce geste, diminuer l’intensité de vos émotions nuisibles, développer des stratégies pour éviter la récidive), il le faut.

Une personne qui complète un traitement spécialisé en délinquance sexuelle présentera un risque de récidive plus faible qu’une personne qui refuse de suivre une thérapie.

Plusieurs études ont démontré que le risque de récidive diminue lorsque qu’une personne ayant commis une agression sexuelle a complété un traitement (deux fois moins de risque de récidive) 2. Vous engager dans une thérapie diminuerait donc grandement le risque que vous posiez un geste d’agression sexuelle dans le futur.

Il est préférable d’attendre que la personne que vous avez agressée fasse les premiers pas avant de vous excuser.

Malgré le fait que vous pouvez ressentir un besoin de vous excuser auprès de la personne que vous avez agressée, il est fortement recommandé de ne pas la contacter. C’est elle qui décidera si elle désire ou non recevoir vos excuses. Contacter la personne que vous avez agressée ne pourrait qu’aggraver la situation.

Légende & sources