Table de Concertation en Violence Conjugale et Agressions à Caractère Sexuel de Laval

  • Increase font size
  • Default font size
  • Decrease font size

NOUVEAU SUR LE SITE

PRISES DE POSITION

22 Août 2014 Communiqué (21 août 2014) : Utiliser les réseaux sociaux pour rejoindre les victimes et auteurs de violences Lire la suite...
06 Décembre 2013 Communiqué 6 décembre 2013 : nier les inégalités met les femmes en danger Lire la suite...
31 Janvier 2013 "Vibre à ton rythme" : un carnet d'éducation à des relations amoureuses et sexuelles saines Lire la suite...
20 Décembre 2012 Travail à la chaîne : une journée de conférences interactives (7 février 2013) Lire la suite...
17 Décembre 2012 Communiqué de presse 17 décembre 2012 : La période des fêtes, une période de réjouissances? Pas pour les victimes de violences conjugale et sexuelle Lire la suite...

Est-ce que vous avez été victime de la part d’unE professionnelLE de la santé?

Index de l'article
Est-ce que vous avez été victime de la part d’unE professionnelLE de la santé?
Définitions
Statistiques
Mythes et préjugés
La notion de consentement libre et éclairé
Détecter les signes avant-coureurs
Vos droits en tant que personne cliente
Je veux trouver de l’aide
Toutes les pages

Détecter les signes avant-coureurs…9

Drapeau rouge Si vous avez été victime d’inconduite sexuelle de la part d’unE professionnelLE de la santé, cette personne a probablement commencé par installer un climat de confiance avec vous... puis a posé des gestes inappropriés. Ces gestes sont souvent très sournois. Voici quelques exemples de gestes qu’unE professionnelLE de la santé pourrait poser et qui dépassent le cadre d’une relation thérapeutique et professionnelle.

 
  • Installer un climat de séduction ou d’érotisme;
  • Présenter les rapprochements sexuels comme un traitement thérapeutique;
  • Dicter le moindre comportement à adopter dans votre vie de tous les jours, y compris vos comportements sexuels ou si le ou la professionnelLEse présente comme l’expertE ou l’amiE qui a réponse à tous vos problèmes;
  • Proposer de poursuivre une relation en dehors du cadre thérapeutique, par exemple, en vous invitant au restaurant, à une fête ou à d’autres activités sociales;
  • Vous utiliser comme confidentE, ce qui fait que le temps de consultation n’est pas uniquement axé sur vos besoins;
  • Modifier souvent les pratiques habituelles de consultation; les rendez-vous sont fixés au moment où il n’y a plus personne dans le bureau, les consultations se tiennent à l’extérieur du bureau officiel ou le nombre de consultations augmente sans raison;
  • Modifier le mode de paiement et proposer du troc de biens et services (que vous répariez sa voiture, que vous fassiez ses impôts, etc).
  • S’assurer d’un pouvoir sur vous en vous isolant de vos réseaux amicaux et familiaux ou en vous offrant un emploi;
  • Critiquer vos attitudes affirmatives;
  • Vous prêter de l’argent ou vous emprunter de l’argent;
  • Vous proposer de consommer des drogues et de l’alcool;
  • Etc.

Dans le futur, si vous consultez unE professionnelLE de la santé qui adopte des comportements qui vous rendent mal à l’aise, nommez votre malaise. Le/la professionnelLE devrait cesser ses comportements si ils/elles n’avaient aucune intention sexuelle.

Si cette même personne refuse d’en parler, réagit mal ou ne modifie pas ses attitudes, il est temps de couper tout contact afin d’éviter d’être manipuléE et agresséE de nouveau.

Légende & sources

  • 9)  L’information se trouvant dans cette section est tirée du guide de l’Association québécoise Plaidoyer-Victimes : « Les rapprochements sexuels entre un professionnel de la santé et un ou une cliente » paru en 2008.