Table de Concertation en Violence Conjugale et Agressions à Caractère Sexuel de Laval

  • Increase font size
  • Default font size
  • Decrease font size

NOUVEAU SUR LE SITE

PRISES DE POSITION

22 Août 2014 Communiqué (21 août 2014) : Utiliser les réseaux sociaux pour rejoindre les victimes et auteurs de violences Lire la suite...
06 Décembre 2013 Communiqué 6 décembre 2013 : nier les inégalités met les femmes en danger Lire la suite...
31 Janvier 2013 "Vibre à ton rythme" : un carnet d'éducation à des relations amoureuses et sexuelles saines Lire la suite...
20 Décembre 2012 Travail à la chaîne : une journée de conférences interactives (7 février 2013) Lire la suite...
17 Décembre 2012 Communiqué de presse 17 décembre 2012 : La période des fêtes, une période de réjouissances? Pas pour les victimes de violences conjugale et sexuelle Lire la suite...

Vous avez reçu une confidence d’une personne qui a été victime de la part d’un(e) professionnel(le)

Index de l'article
Vous avez reçu une confidence d’une personne qui a été victime de la part d’un(e) professionnel(le)
Définitions
Statistiques
Saviez-vous que…?
Attitudes aidantes et nuisibles
Toutes les pages

Mise en contexte

Étiez-vous au courant que les rapprochements sexuels entre unE professionnelLE de la santé et unE clientE sont interdits et punis par la loi? En effet, ces types de rapprochements peuvent avoir des impacts très graves sur une personne venant consulter unE professionnelLE, dans un contexte de vulnérabilité, pour recevoir des services.

Il est à savoir que les professionnelLEs de la santé sont les seulEs responsables des contacts sexuels, et ce, en toute circonstance. UnE professionnelLE qui a des contacts de nature sexuelle dans le cadre d’une thérapie ou d’un traitement abuse de son pouvoir et de la confiance que sa clientèle a envers lui ou elle; ces gestes sont considérés comme une agression sexuelle.

Autrement dit, même si la personne qui reçoit des services a consenti à des rapprochements sexuels, cela ne représente pas un consentement valable en droit criminel, car l’exercice d’autorité d’unE professionnelLE envers unE clientE vicie le consentement de cette personne.

Dans cette section, vous trouverez des informations qui pourront vous aider à guider une personne ayant été victime de la part d’unE professionnelLE.

Si, en tant que professionnelLE, vous souhaitez en connaître davantage sur vos obligations et vos responsabilités envers votre clientèle et sur l’interdiction d’avoir des rapprochements sexuels avec elle, vous pouvez aussi consulter cette section.

Légende & sources

  • 1) L’information se trouvant dans cette section est tirée du guide de l’Association québécoise Plaidoyer-Victimes : « Les rapprochements sexuels entre un professionnel de la santé et un ou une cliente », paru en 2008.

Définitions

Définition Les rapprochements sexuels entre unE professionnelLE de la santé et une personne cliente, font référence à deux définitions : celle des agressions sexuelles et celle de l’inconduite sexuelle. Alors que la définition d’agression sexuelle fait référence à tous les gestes d’agression sexuelle, l’inconduite sexuelle élargit la conception d’agression sexuelle dans un contexte professionnel en faisant référence aux gestes ET aux propos (paroles) à caractère sexuel. Voici ces deux définitions complètes :

 
  • les agressions sexuelles2 : Une agression sexuelle est un geste à caractère sexuel, avec ou sans contact physique, commis par un individu sans le consentement de la personne visée ou, dans certains cas, notamment dans celui des enfants, par une manipulation affective ou par chantage.
  • Il s’agit d’un acte visant à assujettir une autre personne à ses propres désirs par un abus de pouvoir, par l’utilisation de la force ou de la contrainte, ou sous la menace implicite ou explicite. Une agression sexuelle porte atteinte aux droits fondamentaux, notamment à l’intégrité physique et psychologique et à la sécurité de la personne. Cette définition s’applique, peu importe l’âge, le sexe, la culture, la religion et l’orientation sexuelle de la personne victime ou de l’agresseur sexuel, peu importe le type de geste à caractère sexuel posé et le lieu ou le milieu dans lequel il a été fait, et quelle que soit la nature du lien existant entre la personne victime et l’agresseur sexuel. Nous retrouvons aussi dans cette définition le harcèlement sexuel qui est une autre forme d’agression sexuelle.
  • l’inconduite sexuelle3 : Constitue un acte dérogatoire à la dignité de sa profession le fait pour un professionnel, pendant la durée de la relation professionnelle qui s'établit avec la personne à qui il fournit des services, d'abuser de cette relation pour avoir avec elle des relations sexuelles, de poser des gestes abusifs à caractère sexuel ou de tenir des propos abusifs à caractère sexuel.

Légende & sources


Statistiques

Statistiques
  • Au moins 10% des professionnelLEs de la santé avouent avoir eu des contacts sexuels avec leur clientèle4;
  • Au moins 90% des victimes ont subi des répercussions négatives à la suite des gestes d’inconduite sexuelle commis par unE professionnelLE (contacts sexuels qui sont en fait des agressions sexuelles)5.
  • 80% des professionnelLEs fautifs ou fautives agressent plus d’une personne de leur clientèle6;
  • Au moins 89% des contacts sexuels ont lieu entre un homme professionnel et une femme cliente7.

Légende & sources

  • 4) Ponton, Anne-Marie et Huguette Bélanger. 1994. « L’inconduite sexuelle : feux rouges », Le médecin du Québec, Montréal : Fédération des médecins omnipraticiens du Québec, p.49-55. IN Association québécoise Plaidoyer-Victimes. 2008. « Les rapprochements sexuels entre un professionnel de la santé et un ou une cliente ».
  • 5) Bouhoutsos, J., Holroyd, J., Leiman, H. et al. 1983. « Sexual Intimacy Between Psychotherapists and Patients », Professional Psychol: Res and Pract, 14: 185-96., IN Ponton, Anne-Marie et Huguette Bélanger. 1994. « L’inconduite sexuelle : feux rouges », Le Médecin du Québec, Montréal : Fédération des Médecins Omnipraticiens du Québec, p. 49-55. IN Association québécoise Plaidoyer-Victimes. 2008. « Les rapprochements sexuels entre un professionnel de la santé et un ou une cliente ».
  • 6) VALIQUETTE, M., M. Sabourin et C. Lecompte. 1990. « L’intimité sexuelle en psychothérapie », Revue québécoise de psychologie, vol. 11, no. 1-2. IN Association québécoise Plaidoyer-Victimes. 2008. « Les rapprochements sexuels entre un professionnel de la santé et un ou une cliente ».
  • 7) Gartell, N.K., Milliken N., Goodson III, W.H. Thiemann S. et L. Bernard. 1995. “Physician-Patient Sexual Contact. Prevalence and Problems », Breach of Trust. Sexual Exploitation by Health Care Professionnals and Clergy. (Ed. John C. Gonsiorek), California (U.S.A.). IN Association québécoise Plaidoyer-Victimes. 2008. « Les rapprochements sexuels entre un professionnel de la santé et un ou une cliente ».

Saviez-vous que…?8

Les rapprochements sexuels entre unE professionnelLE de la santé et une personne cliente ne sont pas une affaire entre deux adultes consentants. 

Le déséquilibre de pouvoir entre ces deux personnes vicie le consentement de la personne cliente, ce qui fait en sorte que les relations intimes réciproques et égalitaires entre unE professionnelLE de la santé et une personne cliente ne sont pas possibles ni permises.

Les personnes professionnelles ont plus de pouvoir que les clientEs. 

Les professionnelLEs de la santé :

  • Possèdent beaucoup d’informations sur la vie intime de leur clientèle, sur leurs difficultés et leurs vulnérabilités;
  • Ont des connaissances et une expertise en santé physique et psychologique;
  • Bénéficient d’un statut et d’une reconnaissance sociale qui les rendent d’emblée crédibles et dignes de confiance;
  • Peuvent poser des diagnostics, donner des traitements, prescrire des médicaments;

Ces pouvoirs peuvent être utilisés par des professionnelLEs pour influencer, manipuler ou garder une personne cliente captive.

Vous avez des responsabilités et des obligations en tant que professionnelLE. 

Non seulement vous avez la responsabilité de maintenir la relation thérapeutique avec la clientèle qui vous consulte en tout temps, mais vous avez l’obligation de signaler tous les professionnelLEs de la santé qui abusent de leur relation de pouvoir envers leur clientèle. Pour plus d’informations à propos de votre obligation de signaler, cliquez ici.

Légende & sources

  • 8) L’information se trouvant dans cette section est tirée du guide de l’Association québécoise Plaidoyer-Victimes : « Les rapprochements sexuels entre un professionnel de la santé et un ou une cliente » paru en 2008.

Aidantes nuisibles

Attitudes aidantes pour aider ces personnes

Lorsqu’une personne nous confie avoir été victime, il est possible d’avoir toutes sortes de réactions. Certaines d’entre elles aideront la personne à surmonter cette épreuve, alors que d’autres seront plutôt nuisibles. Voici quelques-unes de ces attitudes à privilégier et d’autres à laisser de côté :

Attitudes aidantes

Écouter et accueillir la personne

Les rapprochements sexuels entre unE professionnelLE de la santé et une personne cliente, comme toutes les formes d’agressions sexuelles, sont des expériences très douloureuses et difficiles à exprimer pour la personne qui en a été victime. Votre attitude d’ouverture aidera cette personne à mettre des mots sur ce qu’elle a vécu, à comprendre ce qui lui est arrivé et à se sentir moins seule.

Croire et valider les émotions

Vous devez vous centrer sur ce que la personne dit et vit. Il arrive souvent que les personnes victimes ne se sentent pas crues lorsqu’elles font un dévoilement. N’oubliez pas qu’il s’agit de son vécu et de sa perception. Se sentir crue par les gens à qui elle se confie aide la personne à se libérer des conséquences de l’agression sexuelle. En aidant la personne à exprimer ce qu’elle ressent et en normalisant ses réactions, ses émotions et ses sentiments (colère, rancœur, culpabilité, baisse de l’estime de soi, etc.), vous exprimerez à la personne que vous la croyez.

Déculpabiliser la victime

À cause des préjugés, la personne peut se sentir coupable de l’agression. En aidant la personne à comprendre qu’elle n’est pas responsable des gestes de l'individu qui l’a agressée, vous pourriez l’aider à surmonter les sentiments de honte et de culpabilité qu’elle vit, ainsi qu’à prendre des moyens pour s’en sortir. La responsabilité de la personne qui se confie est de prendre soin d’elle.

Respecter le choix et le rythme de la personne

N’oubliez pas que si vous souhaitez aider cette personne, vous devez aller à son rythme et non au vôtre, la laisser s’exprimer dans ses mots et à sa façon. La personne qui a été victime est la mieux placée pour choisir ce qui lui convient, ainsi que le meilleur moment pour agir. Vous pouvez l’accompagner dans ses actions sans la pousser ou la surprotéger. Vous pouvez aussi lui rappeler que si elle choisit de ne pas entamer de démarches pour le moment, elle aura toujours le choix de le faire plus tard si elle le souhaite.

Favoriser son autonomie

Peut-être avez-vous tendance à donner des conseils ou à dire quoi faire aux personnes pour les aider? Cette attitude est sûrement empreinte de bonne volonté, mais elle risque d’envoyer comme message « Tu as besoin de moi pour te sortir de cette situation ». Une personne qui s’est faite agresser sexuellement est une personne à qui on a imposé une chose qu’elle n’a pas souhaitée. Pour rebondir à la suite de cette agression sexuelle, la personne aura besoin de reprendre le pouvoir sur sa vie, de prendre elle-même ses décisions et de choisir pour elle. Vous serez davantage aidantE si vous permettez à la personne de cheminer dans ses réflexions, en valorisant ses « bons coups », mais en évitant de constamment remettre en question les choix qu’elle fait ou de porter des jugements. Peut-être que ce sera difficile pour vous, mais l’objectif est d’être supportantE et aidantE pour cette personne qui a été victime d’agression sexuelle.

Respectez vos limites

Si vous vous sentez incapable d’aider la personne, il est important de le lui dire et de l’aider à trouver une autre personne qui sera en mesure de le faire.

Attitudes nuisibles

Blâmer, culpabiliser ou responsabiliser la victime

Il faut éviter de sous-entendre que la personne qui a été victime a provoqué son agression et en est responsable en disant, par exemple, « Qu’est-ce que tu as fait pour que cette personne fasse ça? » ou « Tu as sûrement fait quelque chose pour que cette personne fasse ça! »;

Vous pourriez aussi éviter la majorité des phrases incluant les verbes « falloir » et « devoir » qui sous-tendent des jugements par rapport à la personne victime : « Tu aurais dû… », « Il aurait fallu que… », ou encore « Pourquoi tu n’as pas crié? » ou « Pourquoi tu ne t’es pas sauvéE? ».

Face à ces réactions, plusieurs victimes se taisent et restent seules avec leur problème. N’oubliez pas qu’une personne victime n’est pas responsable des gestes posés par la personne qui l’a agressée.

Ne pas croire la victime, lui dire qu’elle ment

Très souvent, les personnes qui ont été victimes gardent le silence de peur de ne pas être crues ou d’être jugées. Rappelez-vous qu’il est très rare que des personnes s’amusent à « jouer les victimes » et qu’on estime à seulement 2% le taux de fausses accusations 9. De plus, même si vous connaissez le-la professionnelLE impliquéE dans la situation rapportée par la personne victime, votre rôle n'est pas d’aller enquêter et-ou d’aller confronter cette personne pour vérifier la véracité des faits. Finalement, une attitude sceptique de votre part est à éviter.

Banaliser l’agression, dire à la personne qu’elle invente des histoires ou qu’elle grossit le problème  9

Rappelons que 90% des personnes qui ont été victimes d’inconduites sexuelles de la part de professionnelLEs de la santé vivent des conséquences négatives par la suite10. Beaucoup d’agressions sexuelles commises par des professionnelLEs de la santé sont ignorées ou prises à la légère. Si cette personne s’est confiée à vous, il faut éviter de justifier l’inconduite sexuelle d’unE professionnelLE en laissant croire que cela faisait partie du traitement, qu’il s’agissait surement d’une blague ou que la personne a surement mal compris l’intention de la personne professionnelle.

Prendre la défense de la personne agresseure ou justifier ses gestes

Trop souvent, on cherche à excuser les personnes qui ont posé des gestes d’agression sexuelle et à responsabiliser les victimes de cette agression. La personne qui a commis une agression sexuelle est responsable de ses gestes.

Demander à connaître tous les éléments de l’agression

Poser des questions directes à la personne ou essayer de lui soutirer des détails sur l’événement de l’agression sexuelle risque d’être une expérience pénible. Une personne peut être prête à parler de ce qu’elle a vécu sans souhaiter nommer tous les détails de l’agression. Il faut savoir qu’une personne qui parle de son vécu d’agression sexuelle risque de revivre certains éléments qui sont survenus (sons, odeurs, goûts, sensations physiques, « flashback » visuels, etc.). Si vous ne possédez pas les compétences nécessaires pour accompagner une personne qui a été victime d’agression sexuelle, évitez de questionner la personne sur les détails de l’agression.

Tourner la page ou ignorer

Une personne qui a été victime d’agression sexuelle passera par toute une gamme d’émotions. Ce qu’il ne faut pas perdre de vue, c’est que l’expression de ces émotions est importante dans le processus de résilience; la personne a le droit de vivre et d’exprimer les sentiments qu’elle ressent.

Il est possible que vous soyez mal à l’aise avec l’expression de certaines émotions. En général, la tristesse et la colère sont les émotions qui causent le plus de malaise. Par contre, ce malaise vous appartient et vous n’avez pas le droit de le transférer à l’autre personne en lui demandant de cesser d’exprimer ses émotions. Des phrases comme « Voyons, tu exagères », « Il serait peut-être temps que tu passes à autre chose », « Il me semble que ça fait longtemps que tu pleures à cause de ça » ou « Arrête d’y penser et ça va passer » sont toutes des phrases à proscrire, car elles n’aideront en rien la personne; elles ne font qu’exprimer votre propre malaise.

Exprimer ses émotions ne signifie pas vivre dans le passé. L’agression sexuelle s’est produite dans le passé, mais les émotions elles, sont encore bien présentes. Une agression sexuelle peut avoir des impacts sur le reste de la vie d’une personne et il est possible que certaines émotions resurgissent ponctuellement, même après avoir eu de l’aide. Si vous souhaitez aider cette personne, prenez le temps de l’écouter sans jugement et sans vouloir aller plus vite qu’elle.

Légende & sources

  • 9) Pagé-Arpin, Maude Me. 2007. La divulgation des dossiers thérapeutiques des plaignantes en contexte de crimes sexuels : la preuve scientifique au service des mythes sociaux? », Les Cahiers de PV - Antenne sur la victimologie, no. 2 (avril). Op. cit. IN Association québécoise Plaidoyer-Victimes. 2008. « Les rapprochements sexuels entre un professionnel de la santé et un ou une cliente ».
  • 10) Bouhoutsos, J., Holroyd, J., Leiman, H. et al. 1983. « Sexual Intimacy Between Psychotherapists and Patients », Professional Psychol: Res and Pract, 14: 185-96., IN Ponton, Anne-Marie et Huguette Bélanger. 1994. « L’inconduite sexuelle : feux rouges », Le Médecin du Québec, Montréal : Fédération des Médecins Omnipraticiens du Québec, p. 49-55. IN Association québécoise Plaidoyer-Victimes. 2008. « Les rapprochements sexuels entre un professionnel de la santé et un ou une cliente ».